Le petit arbre

Message 1, par Elzen

§ Posté le 12/08/2006 à 13h 06m 22

C'était un tout, tout petit arbre, qui poussait dans une grande forêt. Mais ce petit arbre était très triste, parce qu'il ne voyait autour de lui que de très grands arbres avec un feuillage magnifique, alors que lui n'avait pas la moindre petite feuille. Et tous les grands arbres autour de lui le regardaient en riant et lui criaient

« Oh, il est tout nu ! Oh, il est tout nu ! Oh, il est tout nu ! »

Et le pauvre petit arbre était très malheureux et pleurait énormément.


Mais un soir, une petite fée qui passait par là l'entendit pleurer et s'approcha. « Petit arbre, pourquoi pleures-tu ?

– Je pleure parce que je n'ai pas de feuilles et que tous les grands arbres se moquent de moi…

– Je vois. Alors écoute bien: tu vas sécher tes larmes, tu vas t'endormir sagement, et demain, quand tu te réveilleras, tu auras de belles feuilles faites de verre transparent. D'accord ? »

Et tout se passa comme la petite fée l'avait dit. Le lendemain matin, le petit arbre se réveilla et découvrit sur ses branches un beau feuillage transparent, de feuilles de verres taillées justes comme il faut. Et il fut content.

Seulement, ce jour-là, un terrible orage s'est abattu sur la forêt, et dans le vent et les éclairs, les belles feuilles de verre transparent furent arrachés aux branches du petit arbre, et allèrent se briser au sol. Et quand le beau temps revint, le petit arbre était entouré de verre brisé et n'avait plus aucune feuille. Et tous les grands arbres autour de lui le regardaient en riant et lui criaient

« Oh, il est tout nu ! Oh, il est tout nu ! Oh, il est tout nu ! »

Et le pauvre petit arbre se remit à pleurer.


Et voilà que le soir, la petite fée, qui repassait aux nouvelles, entendit les pleurs du petit arbre. Et lorsqu'elle s'approcha, elle vit tout le verre brisé autour de lui, et elle comprit ce qui s'était passé. Elle s'approcha du petit arbre et lui dit « Ecoute bien, petit arbre: tu vas sécher tes larmes, tu vas t'endormir sagement, et demain, quand tu te réveilleras, tu auras de très belles feuilles toutes brillantes et toutes dorées. D'accord ? »

Et tout se passa comme la petite fée l'avait dit. Le lendemain matin, le petit arbre se réveilla et découvrit sur ses branches un beau feuillage tout doré, qui brillait tout autour. Et il fut très content.

Seulement, ce jour-là, une famille de chasseurs chassaient dans la forêt, et ils virent quelque chose briller au loin. Etonnés, ils s'approchèrent, et quand ils virent les belles feuilles du petit arbre, ils s'écrièrent « De l'Or! » et coururent arracher toutes les feuilles du petit arbre(1). Et quand les chasseurs s'en allèrent, après avoir piétiné toutes les petites plantes qui poussaient aux pied du petit arbre, celui-ci n'avait plus aucune feuille. Et tous les grands arbres autour de lui le regardaient en riant et lui criaient

« Oh, il est tout nu ! Oh, il est tout nu ! Oh, il est tout nu ! »

Et le pauvre petit arbre se remit à pleurer.


Et voilà que le soir, la petite fée, qui repassait aux nouvelles, entendit les pleurs du petit arbre. Et lorsqu'elle s'approcha, elle vit les grosses traces de bottes des chasseurs, et elle comprit ce qui s'était passé. Elle s'approcha du petit arbre et lui dit « Ecoute bien, petit arbre: tu vas sécher tes larmes, tu vas t'endormir sagement, et demain, quand tu te réveilleras, tu auras de très, très belles feuilles toutes fines, du vert le plus clair et le plus beau. D'accord ? »

Et tout se passa comme la petite fée l'avait dit. Le lendemain matin, le petit arbre se réveilla et découvrit sur ses branches un beau feuillage tout fin et d'un très beau vert clair. Et il fut très, très content.

Seulement, ce jour-là, un cerf, sa biche et leur petit faon se prommenaient dans la forêt, et quand ils virent le beau feuillage du petit arbre, ils ne purent résister, et s'approchèrent pour le manger. Et ils ne s'en allèrent pas avant d'avoir mangé toutes les feuilles du petit arbre. Et tous les grands arbres autour de lui le regardaient en riant et lui criaient

« Oh, il est tout nu ! Oh, il est tout nu ! Oh, il est tout nu ! »

Et le pauvre petit arbre se remit à pleurer.


Et voilà que le soir, la petite fée, qui repassait aux nouvelles, entendit les pleurs du petit arbre. Et lorsqu'elle s'approcha, elle vit les traces laissées par les pieds des cerfs dans la terre, et aussi les marques de dent sur l'écorce du petit arbre, et quelques poils qu'ils avaient laissé là en se frottant contre lui, et elle comprit ce qui s'était passé. Elle poussa un long soupir, s'approcha du petit arbre et lui dit « D'accord, alors voilà ce qui va se passer, petit arbre: tu vas sécher tes larmes, tu vas t'endormir sagement, et demain, quand tu te réveilleras, tu auras de nouvelles feuilles, épaisses et d'un beau vert sombre, et pleines de piquants. »

Et tout se passa, une fois encore, comme la petite fée l'avait dit. Le lendemain matin, le petit arbre se réveilla et découvrit sur ses branches le feuillage promis. Et cette fois, plus rien ni plus personne ne put venir lui prendre ces feuilles-là, et il s'y attacha même tellement qu'en Automne et en Hiver, alors que tous les grands arbres changent de couleur et perdent leurs feuilles à eux, le petit arbre garde les siennes intacts. Et c'est alors lui qui les regarde en riant et qui leur crie

« Oh, vous êtes tout nu ! Oh, vous êtes tout nu ! Oh, vous êtes tout nu ! »


Et ce petit arbre aux feuilles épaisses, vertes sombres et couvertes de piquant, les hommes l'ont appelé… le houx !

(houx)

Envoyer une réponse