Signes du Zodiaque

Message 1, par Elzen

§ Posté le 17/10/2009 à 23h 50m 59

Vous avez certainement entendu parler des signes du zodiaque utilisés dans les horoscopes. Vous connaissez probablement le vôtre. Mais savez-vous ce qu’ils sont censés désigner, au juste ?


Je vous ai déjà parlé de notre système solaire. Vous savez donc que notre Terre et les sept autres planètes tournent autour de notre Soleil dans un même plan, que l’on appelle plan de l’écliptique(1). Revenons à un point de vue géocentré : le Soleil nous semble donc tourner autour de nous dans ce même plan.


Vous savez également que notre ciel compte un très grand nombre d’étoiles. Quelques milliers d’entre elles sont visibles à l’œil nu. Nos ancêtres de toutes les civilisations ont observé ces points lumineux nocturnes, et y ont vu de nombreuses choses. En particulier, ils les ont réunis pour former dans le ciel de grands dessins. Ce sont ces dessins que l’on appelle “constellations(2)”.

Nous avons gardé la vision du ciel qu’avaient les grecs anciens : les constellations que nous apprenons sont celles qu’ils avaient défini. Et quelques unes d’entre elles ont ceci de remarquable qu’elles passent dans le plan de l’écliptique : vus depuis la Terre, le Soleil et les autres planètes semblent donc passer devant elles.

Ce sont elles que l’on nomme les constellations du Zodiaque.


Vous l’aurez compris, les noms ne sont pas innocents, et les deux zodiaques sont le même : au départ, nos ancêtres grecs ont défini le signe zodiacal d’une personne comme était la position devant laquelle se trouvait le Soleil à l’instant de sa naissance.

Cette définition est posée, un doute se pose d’emblée sur la fiabilité de ces horoscopes : les étoiles sont situées, c’est le cas de le dire, à des distances astronomiques de nous. Leur lumière peut mettre des milliers d’années à nous parvenir. Comment de la lumière partie il y a plus de mille ans d’un astre aussi éloigné peut-elle nous renseigner sur ce qui devrait se passer demain ?

D’autant que nous traçons ces dessins entre les étoiles à partir de ce que nous voyons de notre planète : cela ne veut pas dire que ces étoiles sont proches les unes des autres : nous ne nous en rendons pas compte, mais elles sont à des distances très variables de nous.

Et puis surtout, si les points sont fixes, les dessins ont été tracés par des hommes. Notre ciel est celui des grecs, mais les asiatiques, les africains et les amérindiens ont des cieux radicalement différents.


Voilà, mon propos a désormais l’aspect d’une charge frontale contre l’astrologie. Tant mieux : en tant que professeur des écoles, j’ai pour mission d’enseigner à mes élèves à réfléchir par eux-mêmes, à adopter une attitude scientifique et à ne pas se laisser abuser par le premier gourou venu. Et je vais donc continuer sur ce plan en démontant encore un peu davantage l’horoscope.


Car il y a autre chose à dire : les constellations du Zodiaque sont, comme nous l’avons vu, les constellations dans lesquelles passent le plan de l’écliptique. Or, ces constellations ne sont pas au nombre de douze, comme le nombre de signes dans l’horoscope, mais de treize.

Citons-les : Scorpion, Serpentaire, Sagittaire, Capricorne, Verseau, Poissons, Bélier, Taureau, Gémeaux, Cancer, Lion, Vierge et Balance(3).

De plus, elles sont de formes et de tailles bien distinctes les unes des autres, ce qui fait que le Soleil “s’attarde” plus ou moins longtemps dans chaque constellation, quand les dates indiquées par les astrologues sont à peu près les mêmes pour chaque signe.

Ainsi, pour citer les cas extrêmes, le Soleil reste presque quarante-cinq jours devant la constellation de la Vierge, et à peine plus de huit devant le Scorpion.


Et ce n’est pas encore fini : reste une dernière chose à évoquer. Quelque chose d’un peu moins évident à imaginer, peut-être : un phénomène que l’on appelle la précession des équinoxes, et qui fut découvert par Hipparque de Nicée voici de ça vingt-deux siècles.

Vous savez probablement que la Terre tourne sur elle-même en 24 heures (c’est ce que l’on appelle la rotation). Elle tourne aussi autour du Soleil(4) en un an (une révolution. Si, c’est le terme technique). Mais il existe un troisième phénomène : l’axe des pôles de notre planète tourne, lui aussi. Il fait un tour complet en à peu près 25790ans, donnant à notre Terre des allures de lente toupie.

C’est fondamental, car toute notre orientation actuelle dans le ciel n’est qu’un prolongement de notre orientation actuelle sur Terre. Notre étoile “polaire” n’a rien d’autre de remarquable que d’être située approximativement dans le prolongement de l’axe des pôles, nous pointant ainsi dans le ciel la direction du Nord.

Il y a cinq mille ans et quelques, quand nos ancêtres commençaient à inventer l’écriture et fondaient les premières grandes villes, l’étoile Thuban (α Draconis), située dans la constellation du Dragon, était à cette position polaire. Dans environ douze mille ans, c’est Véga (α Lyrae), dans la constellation de la Lyre, qui sera à cette place.

Et si ça ne change pas le plan de révolution de la Terre, cela change le moment de l’année dans lequel nous voyons le Soleil “entrer” dans telle ou telle constellation. Or, l’horoscope utilise encore des dates qui ont été fixées voici quelques deux mille cinq cent ans, et l’axe des pôles a fait un bout de chemin sur son cercle depuis.


Tout cela réunit fait qu’il existe un décalage assez important entre les dates que nous indiquent les astrologues, qui malgré leur nom ne parlent pas le moins du monde de ce qui se passe réellement dans les astres, et les dates réelles. Histoire de me prendre comme exemple : je suis né un premier janvier, on m’indique donc que mon signe astrologique est capricorne. Or, à l’instant de ma naissance, le Soleil ne se trouvait pas encore devant le capricorne : je suis né sous le signe du sagittaire.


Libre à vous d’écouter ou non votre horoscope. Mais sachez simplement qu’il ne repose sur aucune donnée scientifique, sur rien qui ne puisse lui donner un semblant de crédibilité objective. La plupart du temps, s’il semble "marcher", c’est qu’il est conçu de manière assez vague pour que n’importe quelle situation puisse le valider. Sans compter le fait qu’il peut provoquer ce qu’il annonce, à l’image de ce qui se passe dans le mythe d’Œdipe.

Et si d’aventure vous vouliez connaître votre véritable signe zodiacal, il existe un moyen simple de vérifier : cela fait plusieurs fois que je vous mentionne le logiciel Libre Stellarium (Si vous ne l’avez pas encore installé, c’est le moment de le faire). Lancez-le, demandez l’affichage du tracé des constellations (plus les contours et les dessins si vous voulez), et retirez le sol et l’atmosphère (pour pouvoir voir les étoiles dans toutes les directions). Vous n’avez plus qu’à régler la date et l’heure de votre naissance (réglez aussi le lieux, tant qu’à faire) et à chercher où se trouve le Soleil.


Envoyer une réponse