Streaming ou téléchargement ?

Mais c'est quoi, au juste, ces machins-là ?

Message 1, par Elzen

§ Posté le 02/06/2009 à 14h 06m 04

Pour ceux qui se demanderaient : je rédige une partie de ces petits textes explicatifs en fonction des trolls rencontrés sur le forum francophone d'Ubuntu, car ceux-ci me permettent de remarquer que certains malentendus sont dus à une méconnaissance du sujet. Je ne prétends pas être l'expert ultime, loin de là (et d'ailleurs, je compte sur d'autres gens plus calés que moi pour corriger mes erreurs éventuelles), mais puisque j'ai quelques notions sur le sujet, je crois qu'il est important que je les partage.

Certains de ces articles peuvent paraître orientés. Ce n'est pourtant pas forcément mon but, surtout pour les articles publiés sous le thème “Informatique” : mon avis transparaît forcément un peu, car l'objectivité est plutôt difficile à atteindre, mais mon but ici est surtout d'expliquer la situation et de laisser les gens décider par eux-même. La seule chose pour laquelle je milite dans ces articles est l'interopérabilité, c'est-à-dire le respect de tous les utilisateurs, qui interdit d'en exclure certains parce qu'ils appartiennent à une minorité.

(C'est un peu moins vrai depuis que j'ai modifié un peu la structure du site.)


Ce petit laïus explicatif étant passé, je voulais donc cette fois préciser un peu les choses au sujet du “streaming”, c'est-à-dire du visionnement en direct d'un fichier sonore ou vidéo. On y oppose souvent le “téléchargement”, qui serait le fait d'enregistrer les fichiers sur le disque plutôt que de les visualiser. Vous vous en doutez probablement avec une entrée en matière comme celle-ci : cette opposition est assez douteuse.


Commençons par préciser ce terme de “télécharger” : étymologiquement, ça veut dire “charger loin”. C'est exactement ce dont il s'agit : charger un fichier distant sur la machine locale, ou bien charger un fichier local sur une machine distante (Les anglophones font une distinction entre les deux directions en parlant respectivement de “download” et d'“upload”, mais cette nuance n'existe à ma connaissance(1) pas dans notre langue).

On a malheureusement tendance à l'utiliser pour dire “télécharger illégalement” (ou “pirater”, mais ce terme n'est pas du goût de tout le monde). C'est pourtant oublier qu'il y a un fameux tas de choses que nous téléchargeons tout à fait légalement à chaque fois que nous allons sur Internet. Je ne parle bien sûr pas seulement des logiciels ou fichiers sonores distribués gratuitement(2), mais aussi et surtout de toutes les pages Web que vous visitez.

En effet, on a pas encore inventé l'opération magique qui permettrait de lire le contenu d'un fichier sans y avoir accès. Pour afficher une page Web comme celle-ci, votre navigateur envoie un message au serveur pour lui dire que vous voulez afficher la page, et le serveur répond en envoyant le fichier correspondant. Votre navigateur le récupère donc sur la machine locale, le lit, et vous affiche la page demandée. C'est exactement une procédure de téléchargement. La seule différence avec l'action à laquelle vous pensez habituellement en disant “télécharger”, c'est que le fichier n'est pas enregistré de manière permanente sur le disque dur, mais plutôt temporairement dans la RAM(3).


Voilà qui explique du même coup l'absurdité qu'il y a à opposer le “streaming” et le téléchargement : Pour visualiser une vidéo, “en direct” ou pas, il faut commencer par la télécharger. Ce que font les applications de visionnage en direct, c'est juste enregistrer le fichier(4) de manière temporaire et commencer la lecture avant que l'enregistrement soit fini.


Je vais en rajouter une couche, mais c'est important de bien le comprendre : il est absolument impossible de permettre aux gens de visualiser du contenu tout en leur restreignant l'accès à ce même contenu. Cela ne vaut pas seulement pour le streaming : toutes les tentatives de contournement comme empêcher l'ouverture du menu contextuel pour éviter “enregistrer l'image sous” ou empêcher la sélection de texte pour éviter le copier-coller ne peuvent que gêner la récupération, mais quelqu'un de suffisamment motivé pourra toujours se débrouiller(5).

Ou presque. Car de la même manière que les “protections” intégrées sur certains CDs ou DVDs pour éviter la contrefaçon empêchent parfois certains utilisateurs d'accéder légalement à leurs contenus, les moyens utilisés pour le visionnage en direct peuvent parfois empêcher certains utilisateurs non seulement de conserver le contenu, mais également de le visualiser. C'est ce qui se passe par exemple quand on utilise un lecteur au format Application Flash, car il y a un certain nombre de raisons faisant que tout le monde ne peut pas lire ce format.) Bilan : non seulement l'objectif n'est pas atteint (car il ne peut pas l'être), mais en plus, on perd des destinataires en route.


Que faire, alors ? Eh bien, puisqu'il est inutile de chercher à empêcher les utilisateurs d'enregistrer le fichier s'ils le souhaitent, le comportement le plus sensé serait je crois d'arrêter de perdre du temps à essayer, mais de concentrer plutôt les efforts sur l'interopérabilité, en commençant par proposer des liens directs vers les fichiers et en laissant les utilisateurs choisir la manière dont ils veulent y accéder.

On peut également faire confiance à ceux qui font les normes et à écouter leurs conseils. Certains navigateurs commencent ainsi à intégrer les nouveautés HTML 5 au niveau de la lecture de vidéos en direct en passant par des outils intégrés au navigateur et non par des plugins supplémentaires servant à lire du contenu superflu : c'est à mon humble avis un comportement à encourager.

Mise à jour : à peu près tous les navigateurs un minimum récents supportent ce genre de choses, maintenant.


D'ailleurs, tous les sites proposant du “streaming” n'ont pas pour but d'empêcher les gens de télécharger la vidéo. Certains proposent même les deux alternatives, encart de visualisation en ligne et lien de téléchargement direct. Je crois que c'est l'une des meilleures solutions… à condition d'utiliser pour cela des formats ouverts et des outils normés.

(D'ailleurs, proposer le lien direct permet d'utiliser certains logiciels tels que VLC pour visualiser une vidéo en ligne, sans l'enregistrer de façon permanente, mais en dehors du navigateur, ce qui permet d'offrir d'autant plus de choix à l'utilisateur.)


Envoyer une réponse